Fermeture estivale

Publié le

summer-grass-

La médiathèque sera fermée du 4 août au 3 septembre.

Nous vous souhaitons un bel été plein de découvertes et nous vous donnons rendez-vous le 4 septembre pour la réouverture.

L’équipe de la Médiathèque

Publicités

Visite de chantier#2

Publié le

Le chantier du bâtiment de la médiathèque avance…

Le gros œuvre de la partie principale du bâtiment (ancien couvent d’Ursulines, extension verticale et terrasse) est quasiment terminé. Chauffagistes et plombiers ont pris le relais.

Le projet prend corps, et les futurs espaces de votre médiathèque commencent à se dessiner.

Visite en compagnie des architectes et du coordinateur de chantier de l’Atelier Rivat, et des pilotes du projet des Services Techniques de la ville.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Catherine

Fermeture exceptionnelle

Publié le

En raison de la canicule qui sévit depuis une semaine et du manque d’isolation thermique de la médiathèque provisoire, nous ne sommes plus en mesure de vous accueillir dans des conditions acceptables. La médiathèque est donc fermée ce samedi après-midi 29 juin 2019.

Nous vous prions de nous excuser pour la gêne occasionnée.

 Vous pouvez rendre vos documents dans les boîtes à livres et à CD prévues à cet effet.

 L’équipe de la Médiathèque

Coup de coeur

Publié le

Le-coeur-en-brailleLe cœur en braille, Pascal Ruter
Didier jeunesse, 2012.

Jusque là, pour Victor, une année scolaire c’est du saut à l’élastique sans l’élastique. Ce qu’il préfère ? Écouter les Rolling Stones, se gaver de loukoums avec son copain Haïçam, parler mécanique avec son drôle de père… Quand il ne s’amuse pas à planquer le PQ des toilettes des filles, il essaie d’échapper aux punitions qui pleuvent sur lui comme la foudre sur le paratonnerre.

Mais lorsque Marie-José, génie absolue, déboule dans sa vie un beau jour de contrôle de math, c’est tout son univers qui implose… Pourquoi soudainement cette première de la classe, violoncelliste de talent, va-t-elle avoir besoin de lui ? Une amitié étrange va naître entre ces deux ados que tout oppose… Vont-ils pouvoir cacher le secret de Marie-José jusqu’au bout ?

4e de couverture, éditeur

 

Humour et tendresse sont au rendez-vous de ce roman de Pascal Ruter. Victor, notre jeune héros, est plus à l’aise avec le manuel Krebs pour l’entretien des Panhard qu’avec le vocabulaire ou toute autre discipline scolaire. Dans son cerveau, les mots se mélangent et lorsqu’ils ressortent ils provoquent le plus souvent les rires ou l’incompréhension. Pascal Ruter nous charme avec cette langue inventive qui nous fait sourire, rire mais qui parfois se révèle pleine de philosophie et de poésie. Victor et toutes les personnes qui l’entourent forment une jolie bande que l’on ne souhaite plus quitter. C’est donc avec joie que l’on pourra retrouver ces personnages attachants dans la suite de leurs aventures : Du bonheur à l’envers (le cœur en braille trois ans avant) et Le cœur en braille 4 ans après.

Vanessa

Coup de cœur

Publié le Mis à jour le

une-belle-brochette-de-bananesUne belle brochette de bananes, Jean-Philippe Arrou-Vignod
Gallimard jeunesse, 2016

Papa adore nous prendre en photo avec son appareil tout neuf. Il faut dire qu’il se passe toujours quelque chose chez les Jean ! La colo de ski où cette banane de Jean-B a franchi le mur du son, l’arrivée dans la famille du seul chien qui ressemble à Sherlock Holmes, la séance de cinéma archi-secrète avec Hélène (mais ça, ce n’est pas dans l’album photo de papa), sans parler de la balade en mer où on a attrapé le scorbut… Un vrai feu d’artifice !

Humour, tendresse et batailles de chaussettes sales sont au rendez-vous pour cette nouvelle chronique des Jean-Quelque-Chose.

4ème de couverture éditeur

 

 

Que ceux qui n’ont jamais fait de bêtises lèvent le doigt !

Jean-Philippe Arrou-Vignod nous plonge dans le quotidien de cette fratrie complice, pleine de bonne humeur. A chaque page, on se régale des histoires de cette petite tribu au charme rétro des sixties. Au fil des pages, le travail de Dominique Corbasson, malheureusement disparue le 21 février 2018, illustre avec fraîcheur la vie de cette maisonnée pleine de vitalité. Chaque chapitre nous entraîne dans une nouvelle anecdote souvent drôle et pleine d’espièglerie. Le sport, les vacances, les bêtises, les disputes et pour les plus grands, les premiers amours ; vivez le quotidien de cette famille nombreuse et régalez-vous aux côtés de ces six garçons qui ne manquent pas d’imagination !

Même si les vacances sont encore un peu loin, vous ferez avec eux le plein d’énergie !

Béatrice

Coup de coeur

Publié le Mis à jour le

pivotBattements de Cœur, Cécile Pivot
Calmann Lévy, 2019

«  Elle aime la ville, lui la nature. Elle aime la mer, lui la campagne. Elle lit beaucoup, lui  peu. Elle est bordélique, lui est maniaque. Elle se couche tard, lui s’endort tôt. Elle  goûte les bourgognes, lui les bordeaux. Ces  dissemblances deviennent vite un jeu entre eux. Ils se séduisent, se défient,  tentent de se convaincre qu’ils ne sont pas faits l’un pour l’autre, mais c’est perdu d’avance et ils le savent.»

Tout oppose Anna et Paul, hormis une même habitude des relations sans lendemain. Et pourtant, ces deux grands solitaires vont s’aimer. Passionnément. Un amour si dense, si parfait, qu’il suffirait d’un rien pour qu’il vole en éclats.

4ème de couverture

 

L’autopsie d’un bel amour, si improbable et pourtant si évident.

Danielle

Les Marins perdus

Publié le Mis à jour le

 

Izzo_Marins_CouvLes Marins perdus, Jean-Claude Izzo
Fl
ammarion, 1997

« Marseille, ce matin-là, avait des couleurs de mer du Nord. » Loin, sur la digue du Large, oubliés, trois hommes survivent à bord de l’Aldébaran, un cargo dont l’armateur a fait faillite. Le capitaine libanais Abdul Aziz, le Grec Diamantis, son second, et le Turc Nedim, le radio. Tous trois espèrent, sans plus y croire, la reprise de leur navire.

Au fil des jours, les trois hommes apprennent à se connaître, mieux qu’ils ne pouvaient le faire en mer. Ils partagent leurs souvenirs, puis leurs doutes et leurs peurs. Pourquoi ne sont-ils pas partis, comme le reste de l’équipage ? Pourquoi s’engluent-ils à bord de ce bateau qui rouille ?

Autour d’eux, la ville, Marseille. Ville d’exil. Ville métisse. Ville à leur image, pleine de souvenirs et sans avenir, mais avec la vie à fleur de peau. Ils y nouent des aventures, des rencontres, des amours avec des hommes, des femmes aussi perdus qu’eux.

Le drame se tisse, à leur insu. Une tragédie que ces trois hommes portent en eux, comme Marseille son histoire. Ils n’en déjoueront pas les pièges. Au contraire, ils en seront les acteurs. Parce que – et sans doute le savaient-ils depuis le début – c’est dans le dénouement du tragique qu’ils sauront, enfin, qui ils sont.
Un roman noir et tendre, violent comme peut l’être la lumière en Méditerranée, inspiré de plusieurs histoires réelles dans divers ports de France.

quatrième de couverture éditeur

 

Chacun des protagonistes du roman trouve en Marseille, porte du monde, l’écho de sa propre histoire.
Par un subtil jeu de miroir et de réflections/réflexions, la condition de marin, les rêves et les désillusions, les femmes et l’amour, l’humanité de ces hommes se concentre et s’incarne dans la cité.
Le huis-clos d’où émerge ce cri de détresse pour ces marins perdus est porté par la douceur du regard de Jean-Claude Izzo sur les oubliés de la société, sur sa ville rédemptrice et sur la Méditerranée.

« Ô Marseille on dirait que la mer a pleuré
Tes mots qui dans la rue se prenaient par la taille
Et qui n’ont plus la même ardeur à se percher
Aux lèvres de tes gens que la tristesse empaille »

(Léo Ferré)

Pierre