Nos / vos coups de coeur

Coup de coeur

Publié le

affaire-charles-dexter-wardNouvelle-Angleterre, début du XXème siècle.

Le jeune Charles Dexter Ward s’intéresse de très (trop) près à sa propre généalogie et particulièrement à cet ancêtre qui s’est enfui de Salem en 1771 pour échapper à la chasse aux sorcières. Ce qu’il va découvrir, les expériences qu’il va tenter, vont le conduire peu à peu à ce que son entourage prendra pour de l’aliénation. Or si on considère qu’être aliéné c’est ne plus être soi-même, c’est bien littéralement de cela dont il s’agit…

Un roman horrifique qui convoque, dans la lignée de la littérature gothique fantastique, de Mary Shelley à Bram Stoker, en passant par Allan Edgar Poe, tous les ingrédients de la terreur : sorcellerie, occultisme, vampirisme…

Pour (re)découvrir un auteur « classique » de la littérature fantastique et d’horreur, que Stephen King lui-même place au rang de ses maîtres.

Catherine

Publicités

Coup de coeur

Publié le Mis à jour le

construire un feu

Un double coup de cœur BD cette semaine pour deux œuvres de Chabouté.

Dans Construire un feu, d’après la nouvelle de Jack London, le personnage principal – on le comprend vite – n’est pas ce marcheur solitaire parti rejoindre ses compagnons chercheurs d’or dans un campement du Yukon, ni même son chien… mais la nature, sauvage, glacée, impitoyable. Alors qu’il n’y a rien d’autre que le simple récit de cette marche dans la neige, le suspens est haletant, presque insupportable.

.

.

.

.

henridesirelandruHenri Désiré Landru réinterprète l’histoire de l’un des plus célèbres tueurs en série français. Et si, contre toutes les évidences, Landru était innocent ? Le trait noir et blanc de Chabouté fait merveille pour créer une atmosphère sombre, étouffante, angoissante, où la violence des crimes est plus souvent suggérée (plans larges) que montrée.

Deux lectures qui marquent durablement.

Catherine

.

 

Coup de cœur

Publié le

sans-titreHistoires à faire peur !

Smarra ou les Démons de la nuit de Charles Nodier

Entre surprise en confortation dans l’idée de la poésie de la littérature romantique, et des précurseurs du fantastique, je découvrais sur la liseuse 3 de quoi passer quelques moments loin de la réalité !

D’inspiration antique et en même temps de style romantique, Smarra ou les démons de la nuit a retenue mon attention!

L’auteur juge : « quiconque s’est résigné à lire Smarra, d’un bout à l’autre, sans s’apercevoir qu’il lisait un rêve, a pris une peine inutile. »

Rythmé et riche d’images fortes dans le registre du fantastique, qui ne garantissent pas du meilleur des sommeils, le texte retranscrit un rêve…

Et d’autres histoires de la littérature classique se faire peur :

Dumas Alexandre, Le meneur de Loups (237 p.) Une légende ancienne dit que le Diable est invulnérable sauf un jour par an. Seules les balles d’or et d’argent peuvent tuer ceux qui ont pactisé avec le Diable.

Le Fanu Joseph Sheridan, Carmilla (109 p.) une fiction gothique et fantastique sur l’univers des Vampires.

Level Maurice, L’épouvante (132 p.) Un jeune journaliste parisien découvre, par hasard, trois assassins après leur forfait et, par déduction, le lieu du crime. A la vue de la victime et de son environnement, il décide de falsifier les preuves laissées par les meurtriers et d’en créer de nouvelles qui lui permettraient de réaliser un scoop… Mal lui en prend car il va vivre… l’Épouvante! (Source Feedbooks)

Sur la liseuse n°3 !

Chloé

 

Coup de coeur

Publié le

363964_jpg-c_215_290_x-f_jpg-q_x-xxyxxLion, de Garth Davis, 2016

Synopsis : Une incroyable histoire vraie : à 5 ans, Saroo se retrouve seul dans un train traversant l’Inde qui l’emmène malgré lui à des milliers de kilomètres de sa famille. Perdu, le petit garçon doit apprendre à survivre seul dans l’immense ville de Calcutta. Après des mois d’errance, il est recueilli dans un orphelinat et adopté par un couple d’Australiens. 25 ans plus tard, Saroo est devenu un véritable Australien, mais il pense toujours à sa famille en Inde. Armé de quelques rares souvenirs et d’une inébranlable détermination, il commence à parcourir des photos satellites sur Google Earth, dans l’espoir de reconnaître son village. Mais peut-on imaginer retrouver une simple famille dans un pays d’un milliard d’habitants ?

Sunny  Pawar (Saroo enfant) et   Dev  Patel (Saroo jeune homme) portent le film avec une expressivité rare. Une œuvre forte, servie par une image remarquablement travaillée, qui alerte sur la situation d’immense pauvreté de l’Inde, sans misérabilisme ou larmoiement .

Au cinéma Le Monaco cette semaine
du mercredi 05 avril au lundi 10 avril

Danielle

 

 

COUP DE COEUR

Publié le Mis à jour le

sans-titre2Petit Bonhomme: drôle de monstre. de Eric Battut. Aux éditions de la Poule qui Pond.
Au format numérique sur le site de la médiathèque numérique 63

La composition de l’histoire et l’idée, construite sur l’effet de surprise et surtout sur l’écoute de la naïveté des enfants, d’une simple image, nous fait nous étonner et nous maintient en alerte jusqu’à la page… et la phrase… suivante.

Un effet enlevé, rythmé, joyeux…  Et comme une surprise à la fin qui nous laisse sur notre faim. Un cheminement… et les choses rentrent dans l’ordre. Les personnages sont ce qu’on attend d’eux. Le drôle de monstre, le petit bonhomme. Et pourtant il se passe quelque chose. Mais quoi, que se passe-t-il ?

Les illustrations sont sur des fonds de pages colorées et lumineuses, deux silhouettes colorées elles aussi qui se détachent et se déplacent maladroitement dans ce qu’on peut imaginer être un jardin, un parc.

Au format numérique:

sans-titre4La médiation, dans cet album, par la voix de la conteuse et le moniteur de l’ordinateur, met en contre-plongée l’histoire, ajoutant du suspense (les ombres du contour de l’écran, le mystère de ce qu’il y a derrière), un effort plus grand de concentration (l’habitude d’avoir une télé et des écrans allumés sans y faire attention).

Chloé

COUP DE COEUR

Publié le Mis à jour le

sans-titreCoup de cœur classique, coup de cœur liseuse, coup de cœur pour La lettre écarlate de Nathaniel Hawthorne

L’action du roman se situe entre 1642 et 1649. Hester Prynne, au début du roman, se voit condamnée à porter sur la poitrine la lettre A, qui symbolise l’adultère. En effet, elle est accusée d’avoir péché avec un homme du village, dont elle refuse de dévoiler le nom, et elle a alors un enfant, Pearl.

Au même moment, son mari légitime revient après de longues années d’absence dans la communauté et découvre que sa femme est accusée de la plus infâme des trahisons. Lui, Roger Chillingworth, est médecin et a vécu avec les Indiens, ce qui a révélé sa nature sauvage et cruelle.

La peinture que fait Hawthorne des personnages de ce roman montre l’hypocrisie et la violence de cette société, soucieuse de garder un équilibre moral mais incapable de voir les vrais travers des membres qui la constituent.

Autres romans du même auteur disponibles à la médiathèque sur nos rayons en jeunesse : Le Premier livre des Merveilles, Le Second livre des Merveilles. Sur nos rayons en section adulte : La Maison aux sept pignons (roman gothique).

Chloé

Coup de coeur

Publié le

ZEPUn bruit étrange et beau

Dans ce premier album résolument réaliste, Zep nous parle du retour au monde bruyant d’un moine chartreux ayant fait vœu de silence.

En entrant dans l’ordre religieux des Chartreux il y a 25 ans,  William, devenu Marcus, a choisi une vie de reclus. Complètement coupé du monde pendant toutes ces années, il en a oublié le temps qui passe, les gens, sa famille.

Sa tante qui lui reprochait de fuir par peur de vivre, le contraint à revenir à la « vraie vie » en exigeant qu’il soit physiquement présent à Paris pour l’ouverture de son testament, par lequel elle lui lègue un héritage bien utile à son monastère vieillissant. En quittant son monde de silence, William redécouvre celui du bruit, « un bruit étrange et beau ».

Sa rencontre dans le train avec la jeune Méry, atteinte d’une maladie incurable, mais résolument décidée à profiter du temps qu’il lui reste, le confrontera à des réalités oubliées.

Les dialogues et les monologues sont brefs, toujours très justes. Le dessin, épuré et élégant, avec ses cases libres qui respirent, joue sur une délicate bichromie en aquarelle bleue et marron.

Un très beau récit sur le recueillement, les peurs de l’Homme, sur la présence des souvenirs dans la solitude, sur le rapport à soi, à sa vie et à sa mort… et sur le bruit du silence.

Un bruit étrange et beau. Zep. Editions Rue de Sèvres, 2016

Danielle