Poésie

Publié le Mis à jour le

chevrette-4

Le cheval m’avait dit
– passez voir ma voisine, elle est bavarde

Elle apparaît
Elle et ses jolies cornes

– ça rumine ? Je lui dis
– Pas trop, ça mâchouille, et toi ?
– Je visite, sinon je gratte…
– Ah, tu peux me gratter, ça me démange sous la barbiche…
– Non je gratte juste le papier, ou le temps qui passe…
– Ah

Elle me regarde
Elle réfléchit
Je m’attends au pire

– ça nourrit, ça ?
– Ouais, mais on fait un drôle de lait

Elle rit et me parle de Picasso
Sa grand-mère en avait un

Je ris à mon tour

Vraiment chouette le quartier

Marc-Emmanuel Soriano

 

 

 

 

Publié le Mis à jour le

2016-11-20-16-14-16
Sur la colline qui s’appelle Chantemerle
(Joli quartier sans feu rouge)
Y’avait un cheval
Un beau, du genre costaud

Pour le trait

Je lui pose la question
– alors, le trait, ça revient ?
– en pointillé
– charrue ?
– …roulotte !
– ah !
– ben oui…
– ça grimpe sec
– un peu, mais vous avez vu cette vue ?
– superbe, et les gens ?
– pareil

Marc-Emmanuel Soriano

Quand la science rejoint la poésie

Publié le Mis à jour le

Nous venons de vivre un phénomène astronomique rare : la « Super Lune ».

Même si elle a pu paraître assez ordinaire pour qui n’a pas l’habitude de l’observer, la pleine lune du 14 novembre était la plus grosse depuis 1948.

Pourquoi ce phénomène ?

L’orbite de la Lune ne décrit pas un cercle parfait autour de la Terre, mais une ellipse. La distance Terre-Lune varie donc considérablement : la Lune peut se situer exactement entre 356 400 km au plus près de la Terre (périgée) et 406 700 km au plus loin de la Terre (apogée).

Afficher l'image d'origineLe 14 novembre 2016, à exactement 12h21, la Lune était à son périgée, à une distance de 356 509 km. Elle a atteint sa phase de pleine lune ce même jour à 14h52.

Pour pouvoir apprécier pleinement la différence de taille, il fallait un point de repère, par exemple terrestre. C’est pourquoi le « lever de lune » a été le plus spectaculaire.

Pour ceux qui n’auraient pas pu observer ce phénomène, voici une petite séance de rattrapage…

Voilà pour l’aspect scientifique.

La vidéo réalisée par Guillaume Cannat, auteur scientifique du blog http://autourduciel.blog.lemonde.fr/ m’a immédiatement fait penser à cette pépite produite par les studios Pixar et réalisé par Enrico Casarosa en 2011 :

L’intrigue a été inspirée par les contes d’Antoine de Saint-Exupéry et Italo Calvino, auteurs à retrouver bien sûr… à la Médiathèque !

Catherine

 

Publié le Mis à jour le

Soriano

Le 3 juin au Métro
On m’a invité
Qui ?
.
Ah ah mystère
Vous ne me croirez pas
La poésie elle-même
.
Entre le Ying et le Yang de Fabien et Léa
Thiers m’a fait une place pour quelques minutes
.
Car elle était là aussi
Dans leurs gorges et sur leurs peaux et leurs cordes.
Cette ville qu’ils ont saisie
Autant qu’elle les a enveloppés
Dans ses sauvages vacances
.
Vous étiez là ?
Marc-Emmanuel Soriano

 

Cannes est bien loin

Publié le Mis à jour le

cannes

Lors de leur résidence à la Maison de l’Aventure industrielle, Léa Monteix et Fabien Rimbaud ont écrit une pièce structurée en plusieurs chants. Ces chants, composés au fil des jours pendant six mois de résidence, mêlent recherches poétiques, sonores, sociologiques et plastiques sur la ville de Thiers.

L’exposition Cannes est bien loin met en scène ce long poème. Elle offre une vision poétique, et non plus historique, patrimoniale ou économique, de l’aventure industrielle, venant enrichir les propos habituellement tenus par la Maison de l’Aventure industrielle. Les chants de Léa et Fabien envelopperont tout l’espace et déborderont de la structure pour métamorphoser le site industriel lui-même en objet poétique.

Claire (Musée de la coutellerie et Sites patrimoniaux)

 A découvrir à la maison de l’Aventure industrielle – Usine du May, pendant tout l’été. Entrée libre

La presse en parle…

Sauvage vacance, résidence d’artiste à Thiers

Publié le Mis à jour le

SauvageVacanceAFFICHEderLa Vallée des Usines est une star. Nouvellement auréolée de 2 étoiles dans un célèbre guide touristique, ce lieu sublime et romantique est le théâtre d’une résidence d’artiste, musicale et poétique.

Une résidence ? C’est un lieu qui accueille un ou plusieurs artistes pour que ceux-ci effectuent un travail de recherche ou de création. La conception et la réalisation de l’œuvre sont facilitées grâce à la mise à disposition d’un lieu de vie et de création, de moyens financiers, techniques et humains.

Avec l’aide de la DRAC Auvergne, la Ville de Thiers accueille Léa Monteix et Fabien Rimbaud, alias PoulainJars : le duo vient d’investir l’Usine du May pour quelques mois.

Découvrons leur Thiers, subjective, vécue, émue, rêvée, fantasmée, imaginée, magnifiée. Poèmes, photographies, sons, danses sont convoqués comme autant de moyens pour dire l’ineffable.

Concert d’ouverture le 22 février à 18h.

Et pour suivre leur travail, un blog.

Catherine