Art textile

Choeur de tricot : du solidaire à l’artistique

Publié le Mis à jour le

tricot solidaritéDepuis septembre, le collectif Chœur de tricot (ateliers tricot imaginés et mis en place par la Médiathèque de Thiers) a tricoté de la solidarité.

Tous les samedis, de 14h à 17h à la bibliothèque des adultes, un groupe de tricoteuses enthousiastes, confirmées ou débutantes, s’est réuni dans la bonne humeur pour confectionner les ouvrages qui ont été ou seront envoyés à 4 associations et institutions. Plusieurs partenaires se sont joints à ces actions : les lycées de Thiers Germaine Tillion et Montdory, L’EHPAD Le Belvédère, l’Atelier tricot du service Aquarelle Ambre du CH de Thiers, l’association Création-Plaisir-Détente et bien sûr les usagers de la Médiathèque.

Le projet « Mets ton bonnet », une action des Petits Frères des Pauvres, a connu un vrai succès : 312 bonnets miniatures ont été tricotés ! Coiffant les petites bouteilles de jus de fruits « Innocent », vous les trouverez en grande surface au mois de janvier, au bénéfice des personnes âgées isolées.

Une poupée Frimousse pour l’UNICEF a été entièrement réalisée et habillée en laine tricotée ou crochetée… Elle a été baptisée « Antonine », prénom inspiré par la place principale de Thiers !  Nous espérons connaître bientôt sa famille d’accueil.

Pour l’association SAKADO, plusieurs dizaines de bonnets, écharpes, mitaines chaudes ont été réalisées, à destination des hommes qui vivent dans la rue. Ces vêtements complètent les sacs à dos (sacs cadeaux) qui ont été remplis grâce aux produits donnés par les lecteurs. Quatre sacs à dos complets ont rejoint les sacs distribués à Clermont mardi 5 janvier. Les articles supplémentaires ont complété la collecte clermontoise.

De la layette est en cours de création, pour vêtir chaudement les nouveau-nés et les prématurés. Ils seront remis à la Maternité de Thiers fin janvier.

A la Médiathèque de Thiers, on n’emprunte pas seulement des livres et des CD, on apprend aussi à tricoter de la chaleur humaine…

Choeur de tricot

Et maintenant ?

Place à la créativité, à vos aiguilles et crochets !

Dès le mois de janvier, les ateliers reprennent le chemin de la création artistique collective : après avoir tricoté de l’eau, on tricote de la verdure pour annoncer l’arrivée du printemps. Premières éclosions le vendredi 4 mars 2016 place Antonin Chastel !

Vos dons de laines sont toujours les bienvenus : nous sommes à la recherche de laines vertes

 Danielle

Journée mondiale du Tricot dans la rue

Publié le Mis à jour le

Affiche 13 juin

Parce que dans une médiathèque on ne fait pas que lire… nous avons le plaisir de vous inviter à la présentation du travail collectif de Chœur de Tricot, samedi 13 juin à 11h, place Antonin Chastel.

Chœur de tricot se réunira tout au long de cette journée exceptionnelle, de 10h à 12h et de 14h à 17h. Vous souhaitez rejoindre le groupe ? Vous êtes les bienvenus !

Danielle et Catherine

Choeur de tricot, c’est parti !

Publié le Mis à jour le

Mais qu’est-ce qui se passe à la Médiathèque ?

DSCN1853

De l’initiation et du partage intergénérationnel :

Choeur de tricot2

Des petits et grands délires :

Sabine : « Un rêve qui se réalise »… et dans une semaine, elle tricotera comme une pro !

Marion et Séverine : « Et si on faisait une créature imaginaire ? Tiens, un tricocotame, par exemple ? »

Nathalie : « Tricoter les mailles comme elles se présentent… « Bonjour, je suis maille à l’endroit. Bonjour, je suis maille à l’envers » »

Vous avez dit Yarn Bombing ?

Venez nous rejoindre pour un projet artistique collectif. C’est blanc, c’est bleu, ça fait des tours, des détours, ça fait des vagues et puis plic et puis plouf… On a commencé, et on s’y consacre, tranquillement ou à toute vitesse, mais toujours Ensemble.

Choeur de tricot3

Et parce qu’on peut aussi tricoter… en musique, le Conservatoire Georges Guillot s’associe à Chœur de tricot pour proposer une audition « chanson de laine » samedi 9 mai à 11h, dans l’entrée de la bibliothèque jeunesse. Suivie de quelques lectures d’histoires de laine et de moutons… Tous publics de 0 à 111 ans, entrée gratuite.

Danielle

A comme …

Publié le Mis à jour le

la-lettre-ecarlate-69163212

« Sur le corsage de sa robe, en belle étoffe écarlate et tout entourée des arabesques fantastiques d’une broderie au fil d’or, apparut la lettre A. »

Hester Prynne est condamnée à exhiber cette lettre écarlate, signe d’infamie, debout sur l’estrade du pilori à la vue de tous, sous le poids solennel d’un millier de regards curieux, désapprobateurs, puritains de la Nouvelle-Angleterre du 17ème siècle. A porter ensuite cette lettre jusqu’à la fin de sa vie, et après sa mort gravée sur sa tombe. Son complice, dont personne ne connaît le secret et qui a échappé à la justice des hommes, porte quant à lui une identique lettre brulante à même sa peau, comme marqué au fer de sa conscience. A comme…

lettre ecarlateA cette époque et en ce lieu, on ne plaisante pas avec le châtiment. Quelques années plus tard, dans la toute proche localité de Salem, au terme d’une chasse aux sorcières effrayante, on pendra vingt-cinq hommes et femmes soupçonnés d’avoir pactisé avec le diable. Ou comment le rigorisme moral et le fondamentalisme religieux, intégriste et sectaire, mènent à l’hystérie collective. Un thème on ne peut plus intemporel…

L’histoire de cette Lettre écarlate, écrite en 1850 par Nathaniel Hawthorne a inspiré plusieurs adaptations cinématographiques plus ou moins fidèles ou métaphoriques, mièvres ou démonstratives, jusqu’à la romancière américaine Hillary Jordan, qui en donne en 2011 une réécriture sur le mode de l’anticipation et de la science-fiction (Ecarlate, éditions Belfond).

« Les classiques sont des livres qui exercent une influence particulière aussi bien en s’imposant comme inoubliables qu’en se dissimulant dans les replis de la mémoire par assimilation à l’inconscient collectif ou individuel. » Italo Calvino

Les deux romans sont à la Médiathèque : à vous de juger…

Et pour la plaisir des yeux, une œuvre d’art textile d’Olivia Ferrand rendant hommage à Hawthorne (exposition collective conçue par la Fraction Armée Révolutionnaire du Tricot , « La lettre écarlate », 2013, Villeurbanne) :

85096561_o

Catherine

Tricoter ? Bonne idée !

Publié le Mis à jour le

IMG_7599

Tricoter ? Quelle idée !

Comme me l’a demandé mon voisin lors d’un voyage en train : « Ça ne serait pas plus facile d’acheter un pull tout fait ? » Ben si, bien sûr. Sauf que non, en fait…

Créé pour des besoins pratiques, travail puis loisir de nos grand-mères, le tricot revient en force dans la catégorie activité aux bienfaits multiples : sur notre épanouissement personnel, notre vie sociale et même notre santé.

Gonflé d’air, le tricot est une étoffe particulièrement confortable, exactement ce dont nous avons besoin au quotidien. De plus, finir un projet est très gratifiant, quelle fierté de porter son œuvre, de créer sa propre mode, et faire son cadre de vie à son image plutôt que de se contenter des propositions commerciales du moment.

En réunissant « Bergères et châtelaines de tous âges » (Sidonie Hollard) qui n’auraient eu aucune raison de se rencontrer sans lui, il permet de sortir du quotidien et de créer de nouveaux liens amicaux, dans un échange plein de convivialité. Sans parler des groupes à vocation sociale qui créent des vêtements et couvertures dans un but solidaire.

Tricoter ralentit le rythme cardiaque, abaisse la pression artérielle et a des vertus anti-stress proches de celles du yoga. En luttant contre l’ennui,  il permet aussi de tenir plus facilement à l’écart le tabac ou le grignotage.

Tricoter ? Bonne idée !

C’est donc décidé : cette année, la Médiathèque tricote de la chaleur et du lien social, de la mixité, de l’intergénérationnel, de la transmission de savoir-faire, de la solidarité, de la création, bien d’autres choses encore, et surtout du plaisir, en vous proposant… des ateliers tricot pleins de surprises !

Chœur de tricot, rendez-vous les samedis de 14h à 17h à la bibliothèque des adultes, dès le 4 avril

Danielle

Le Salon International des Arts du Fil

Publié le Mis à jour le

L’aiguille en Fête, 12ème Salon International des Arts du Fil, placé cette année sous le signe de l’Orient, a eu lieu Porte de Versailles à Paris, du 12 au 14 février.

250 exposants, tous « piqués de fil » sont venus du monde entier pour présenter leurs produits : ouvrages confectionnés ou en kit, tissus, laines et matériaux de toutes sortes, livres, inventions dignes du concours Lépine… à plus de 40 000 visiteuses passionnées d’art et loisirs textiles. Tant pis pour la grammaire, ici le féminin l’emporte massivement sur le masculin.

Shopping, haltes gratuites au bar pour une initiation rapide à une nouvelle technique : Bar à crochet, bar à couture, ou Université du fil pour des Master-class données par des grands maîtres, chacune peut trouver une activité à sa convenance.

Salon FilDes expositions pour découvrir des collections de kimonos d’enfants ou de broderies inspirées par l’Orient, des associations grand public ou des artistes chevronnés, tous entretenant des liens forts avec le textile :

L’association « Jours, Semis et Entre-Deux » invite jusqu’au 15 mai 2015 à participer à une fresque collective permanente, sur le thème « Voyage, voyages » : un patchwork de carrés de 20 x 20 cm venus de toute la planète, créations des plus jeunes enfants aux plus vénérables grand-mères, toutes techniques textiles confondues.

.

.

.

Cécile DACHARY, Evocation d’une ville, une installation pleine de poésie

.

.

.

Et bien sûr le Championnat de Vitesse de Tricot, “Speed Knitting” : sur un véritable ring, après une petite mise en doigts, les tricoteuses les plus rapides de l’année vont s’affronter avec aiguilles et pelotes de laine tout au long du salon.

.

.

.
En quittant le Salon en fin de journée, les sacs bien remplis, la première qui dit : « Qu’est-ce que j’ai mal aux pieds » a un gage !

Danielle