A la poursuite du mythe australien

Publié le

outback-australia

Nicholas Hawthorne, journaliste américain entre deux emplois, à la vie terne et dépourvue d’envie, s’était promis l’aventure en s’envolant pour l’Australie. Equipé d’une carte routière et d’un combi Volkswagen, à lui les grands espaces, les étendues désertiques de l’outback ! Jusqu’à ce que son parechoc rencontre un « kangou », puis que son regard ait la mauvaise idée de se poser sur « Angie », jeune autostoppeuse plutôt délurée. L’aventure tourne court, et se referme sur lui le Piège nuptial. Ici, la nature sauvage n’est pas magnifiée mais ressemble plutôt à un cloaque, la vie en communauté n’est pas idyllique mais a tout du cauchemar. Ou comment devenir la victime d’un plan organisé de lutte contre la consanguinité…

« Comment faire bouger un kangourou quand on est accroché à son ventre et qu’on pendouille au-dessus d’une falaise ? » Kenneth Cook n’a rien d’un aventurier, mais il attire sur lui la guigne, et chaque rencontre d’un être vivant dans le bush australien met invariablement sa vie en danger… que ce soit les quelques hommes (tous éméchés), croisés dans des bars, se provoquant pour tuer le temps en paris aussi imbéciles que dangereux, ou les animaux typiques (au pourtant fort potentiel de sympathie), tels que wombat, kangourou, quokka, boomer ou koala. Chacune de ces rencontres est l’occasion d’un récit rocambolesque et désopilant emprunt d’autodérision. On ne sait pas qui de l’animal sauvage ou du bushman désœuvré et porté sur la boisson, ou de la maladresse-couardise de l’auteur-narrateur est finalement le plus à craindre !

Trois hommes vivaient en harmonie, en vieux garçons, dans une vaste exploitation d’élevage de moutons au cœur du bush australien : John le patron, Tom le manager et Sam le magasinier. Ce tranquille équilibre est rompu le jour où le cuisinier chinois décide de rentrer au pays… et qu’il est remplacé par Susie, belle jeune femme ambitieuse. Mais John est insensible à ses manœuvres de séduction, et il en épouse une autre. Susie, humiliée, amère, rongée par la jalousie et l’envie de détruire, n’aura de cesse de se venger par tous les moyens. « Susie devenait pour lui une écharde avec sa douleur lancinante, sourde, énervante. »

Piège nuptial paru aussi sous le titre Cul-de-sac de Douglas Kennedy (cote RP KEN)
La Vengeance du wombat de Kenneth Cook (cote R COO)
L’Echarde de Paul Wenz (cote R WEN)

sont trois de mes coups de cœur australiens de l’été, à découvrir à la Médiathèque…

Catherine

Publicités

Exposition de travaux d’enfants

Publié le Mis à jour le

Jusqu’au 30 septembre 2015

La Bibliothèque jeunesse expose dans le hall d’entrée les travaux d’enfants réalisés en classe suite aux animations scolaires à la bibliothèque. Ces travaux méritent d’être valorisés, une réussite, c’est important que chaque enfant puisse se sentir reconnu.

Preuve qu’à partir d’une lecture on peut s’épanouir et développer son sens de créativité artistique et d’expression écrite.

Le livre a toute sa place dans notre vie quotidienne, il n’est pas réservé exclusivement à l’éducation et à la pédagogie, c’est aussi un outil qui permet à chacun de s’évader.

Parents, enfants, familles…venez nombreux aux heures d’ouverture de la Bibliothèque jeunesse :

  • Mercredi de 9h30 à 12h30 et de 13h30 à 18h pendant les vacances scolaires
  • Mercredi de 13h30 à 18h en période scolaire
  • Vendredi de 14h à 18h pendant les vacances scolaires
  • Vendredi de 16h à 18h en période scolaire
  • Samedi de 9h30 à 12h30 et de 13h30 à 18h

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Sylvie

Atelier équipement de livres

Publié le Mis à jour le

Atelier équipement de livresComme à chaque rentrée scolaire, les enfants auront leurs livres à recouvrir, et cette tâche peut vous paraître compliquée !

Cette année la Médiathèque vous propose ses services. Des ateliers de démonstration d’équipement vous sont proposés, il vous suffit de venir avec vos livres et votre matériel (plastique, ruban adhésif, ciseaux) et nous serons là pour vous aider.

Atelier gratuit ouvert à tous les publics, adultes et enfants et sans inscription. On vient comme on veut, suivant ses disponibilités.

Ces moments de partage et d’échange ne peuvent être qu’enrichissants pour tout le monde.

N’hésitez pas, venez nombreux !

Rendez-vous à la bibliothèque jeunesse :

  • Mercredi 26 Août de 14h à 17h
  • Mercredi 2 Septembre de 14h à 17h
  • Mercredi 9 Septembre de 14h à 17h

Sylvie

Show chaud

Publié le Mis à jour le

En ce samedi de Pamparina, la chaleur a eu raison du public. Les rares Thiernoises et Thiernois qui s’étaient aventurés en ville sont restés calfeutrés dans les zones d’ombre dispensées avec parcimonie par les murs du centre ancien. A la médiathèque, ouverte pour bénéficier de « l’effet Pamparina », la journée fut très calme. Peu d’adhérents ont montré le bout de leur nez, ni pour la présentation musicale du matin, ni pour l’atelier tricot, pas plus que les emprunts massifs de documents ne rentreront dans l’Histoire… Seule la consultation d’Internet a montré….le bout de son pied !

Malgré ces conditions peu favorables, Toa Reg et No Water Please sont venus perturber amicalement la torpeur ambiante. Pendant une demi-heure pour chacun des deux groupes, il nous a été offert quelques notes en apéritif des concerts officiels sur la scène de la place Chastel ou dans les rues. Merci à Tony, Thomas, Samy, Frédéric, François, Julien, Pascal, Nicolas, Eric, Laurent et Julien pour leur visite, leur gentillesse, leur dynamisme et leur musique.

Quant à Léon « Showman » Malélé, le show-case prévu n’a pas eu lieu. En retard dans ses balances, l’artiste a préféré peaufiner son concert du soir. Chemise blanche près du corps, pantalon noir, chaussures noires vernies brillantes et bandana autour de la tête, le personnage a travaillé son apparence. Sept musiciens sur scène (claviers, guitare basse, batterie, percussions, guitare, chœurs et ambiance, chant), mais c’est Léon qui fait le show. Le concert fut conforme à ce que l’on pouvait en attendre : bien rodé, bien en place, « gros son », et ses moments interactifs avec le public où ce dernier est invité à soutenir le show. Jeu de scène mêlant gestuelle soul et ambiance « Kinshasa night », Léon a mouillé sa chemise sans toutefois la déchirer. Les autres musiciens sont restés dans l’ombre, assurant le background nécessaire. Le spectacle a été efficace et, malgré les réserves, très agréable. De quoi contenter le nombreux public présent.

Le show chaud dans la tant attendue fraîcheur vespérale.

https://www.facebook.com/pages/Toa-Reg-Officiel/199919410027207

https://fr-fr.facebook.com/pages/NO-WATER-PLEASE/207643059256347

https://fr-fr.facebook.com/leonshowman

Pierre

      Public

ToaReg_1ToaReg_02

NoWaterPlease_1NoWaterPlease_4

NoWaterPlease_3NoWaterPlease_2

Leon_Malele_1Leon_Malele_3

Leon_Malele_4Leon_Malele_2

Leon_Malele_5

Animations lectures à haute voix

Publié le Mis à jour le

S’évader en ce beau mois de juillet ensoleillé, c’est ce que vous propose la Médiathèque :

  • samedi 25 juillet 2015 à 10 heures 30 pour les enfants de 0 à 5 ans et ceux qui les accompagnent
  • mercredi 29 juillet 2015 à 16 heures pour les enfants de 6 à 10 ans et leurs familles

Les bibliothécaires vous emmèneront découvrir au fil des pages des histoires pleines d’aventures lues à haute voix.

Voici quelques illustrations de mes coups de cœur.

A très bientôt

Martine

Animation conte (1)                      Animation conte

Léo Sacrin : Mémoires catastrophiques pour collégiens du futur.

Publié le Mis à jour le

leo-sacrinQuand un professeur d’Histoire demande à ses élèves d’écrire un journal décrivant leur quotidien pour les personnes du futur, cela donne entre autre « Léo Sacrin : Mémoires catastrophiques pour les collégiens du futur« .

Tout est dans le titre ! Léo Sacrin est « LE looser » du bahut ! Un titre d’autant plus mérité lorsque il vient, malgré lui, à l’école avec un chariot à roulette en guise de cartable qui lui vaudra bien le petit surnom de Mamie Sacrin. Un looser avant tout fort sympathique et très attachant que l’on aimerait croiser plus souvent dans le monde de la littérature jeunesse !

Sur ce récit que notre cher Léo tient comme un journal, nous découvrons sa vie de jeune adolescent au collège. Sans manquer de nous offrir un point de vue bien particulier sur sa famille : une mère férue de produits biologiques et un père adepte de la récupération et de produits de seconde main, notre petit Léo a bien des malheurs à nous raconter !

Un roman désopilant qui ne manquera pas de vous faire rire avec ses petites illustrations naïves et ses frises chronologiques illustrant sa propre version de l’Histoire. Et peut-être qu’il vous réconciliera avec cette matière un tant soit peu soporifique.

Ceci est le premier roman de L.A Campbell, publié aux éditions Gallimard Jeunesse et disponible en bibliothèque jeunesse.

Kévin

Humeurs noires au Creux de l’enfer

Publié le Mis à jour le

Reading_Room

Matt Bollinger, Reading Room
Acrylic, flashe, and collage on unstretched canvas
115 1/2″ x 135″
2014

Vision apocalyptique ou prémonitoire ? A l’entrée dans la salle, on oublie pour un temps la bâche, les œillets et clous, et on entre littéralement dans la scène. Ne vient-on pas de pousser une porte, laissant pénétrer avec nous le rayon de lumière de la pièce que l’on vient de quitter ? Le lieu semble mort, abandonné. Quelle catastrophe a bien pu tordre ainsi les rayons de la bibliothèque jusqu’à les rompre ? De la vie, végétale, a commencé à investir, coloniser le sol. Mais la vraie vie est ailleurs. Partout. Au sol , sur les rayons, entassés, empilés. Les livres sont les occupants vivants. Et rassurants. Comme dans la plupart des tableaux du peintre newyorkais Matt Bollinger. Dans l’imaginaire du peintre, sous ses ciseaux et ses pinceaux, les livres prennent du volume, de la place. On sent qu’il ont été lus et relus, aimés. Leur dos est cassé, leurs pages cornées. Les personnages humains semblent absorbés par leur lecture, à l’instar de ce lecteur de Nietzsche, ou de celui de Philip K. Dick. Le monde environnant, si effrayant soit-il, est annihilé, il perd son pouvoir anxiogène, il n’existe plus.

Si la « Reading Room » est la chronique d’une mort annoncée des bibliothèques, les livres ont encore de belles heures devant eux, si ce n’est entre nos mains, en tout cas dans l’œuvre de Matt Bollinger.

Matt Bollinger expose au Centre d’Art Contemporain Le Creux de l’enfer jusqu’au 13 septembre.

http://www.mattbollinger.com/
http://www.creuxdelenfer.net/

Catherine