Café musical, 3

Publié le Mis à jour le

Le dernier « Café musical » de la saison printanière s’est tenu le mercredi 15 juin dernier.

 

Monsieur Jean-Michel Guerre a profité de ce petit moment pour aborder le travail du chef d’orchestre.

Les écoutes comparatives de la 5è symphonie « Reformation », en ré majeur opus 107, de Felix Mendelssohn-Barthody et le « Prélude à l’après-midi d’un faune » de Claude Debussy ont servi d’illustrations sonores. Malgré des conditions d’auditions plus que très médiocres, le matériel utilisé précédemment étant hors d’usage….

 

Si chaque instrumentiste de l’orchestre dispose de la partition écrite pour son instrument, le chef, lui, grâce au « conducteur » dispose de l’ensemble des parties d’instruments qui constituent l’œuvre.

_DSC7026 copie.jpg

Par convention, les instruments à cordes (violons, alti, violoncelles et contrebasses) sont positionnés tout en bas, les autres familles instrumentales remplissant le reste de la page. Cette organisation oblige le regard du chef d’orchestre à se déplacer selon un parcours peu habituel :  de bas en haut et de gauche à droite simultanément.

_DSC7031 copie

Le chef annote son conducteur en fonction des passages où il doit attirer l’attention des musiciens dans leur interprétation : nuances, allures, anticipations, difficultés diverses, etc.

Toutes ces informations seront transmises par une gestuelle particulière. C’est ce qui explique que, contrairement au joueur de triangle du dernier rang, le chef d’orchestre soit toujours en perpétuel mouvement lors de l’exécution d’une œuvre.

 

Le chef doit aussi avoir une vision artistique des pièces qu’il souhaite faire exécuter à son orchestre. En ce sens, il « impose » aux solistes et à l’orchestre des tempi, des nuances, des phrasés, des attaques  qu’il considère comme indispensables pour servir le compositeur. Et l’esprit de l’œuvre. Et les musiciens doivent se conformer à ses directives. C’est une relation autoritaire qui peut sembler excessive parfois, mais qui explique que chaque interprétation est différente des autres et peut évoluer au cours du temps. Et justifier ainsi des ré-enregistrements au disque par un même chef, avec la même phalange instrumentale ou bien avec des orchestres différents.

 

Rendez-vous a été pris pour la rentrée, en septembre ou octobre, les dates ne sont pas encore fixées.

Si vous souhaitez nous faire part de vos remarques, de vos suggestions et souhaits, n’hésitez pas à nous contacter. Nous essaierons d’améliorer au mieux ces rencontres conviviales.

Un grand merci à Monsieur Jean-Michel Guerre et à toutes celles et ceux qui sont venus et ont participé à cette nouvelle animation proposée par la Médiathèque municipale et le Conservatoire Georges Guillot de la ville de Thiers.

 

Rappel : la Médiathèque sera fermée au public le samedi 9 juillet en raison de la Pamparina.

Fermeture estivale : le samedi 30 juillet à 18h, réouverture le mercredi 24 août à 9h30.

Bon été et bonnes vacances

Symphonie n°5 en ré majeur, opus 107, « Réformation » / Felix Mendelssohn-Bartholdy ; London Symphony Orchestra, Claudio Abbado, dir.

Prélude à l’après-midi d’un faune / Claude Debussy ; Cleveland Orchestra, Pierre Boulez, dir.

Pierre

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s