Café musical, deuxième

Publié le Mis à jour le

Ce mercredi 11 mai s’est tenue la deuxième séance de notre « Café musical ». Antonio Vivaldi nous a, à nouveau accompagnés.

 

Monsieur Jean-Michel Guerre avait amené un conducteur d’orchestre (c’est pas le chauffeur du bus qui transporte les musiciens mais la partition générale d’une œuvre musicale) ainsi que les vers des sonnets à partir desquels Vivaldi a composé ses concertos. Nous avons donc eu la possibilité de suivre la juxtaposition texte/musique qui a inspiré le compositeur.

Et de se rendre compte aussi de la complexité de cet outil de chef d’orchestre : suivre toute les parties de chaque instrument tout en gardant la vue d’ensemble nécessaire à l’interprétation de l’œuvre.

Et cela sans qu’il ne soit utile d’avoir étudié le solfège, chacun a pu suivre les courbes graphiques esquissées par la partition.

Café_Musical_2_02

Nous avons écouté deux nouvelles versions des « Quatre saisons » :

L’une apportée par une participante, dans une vision plus « classique » de l’Orchestre Philharmonique de Berlin sous la baguette de son chef légendaire Herbert von Karajan.

Puis une version de lecture plus baroque, celle des Taverner Players, emmenés par Andrew Parrott.

Et comparaison finale avec la version plus fantasque de Nemanja Radulovic.

 

Ont été évoquées aussi les questions de l’interprétation, de l’existence d’une « critique » musicale et de la façon dont était perçue la musique à l’époque, de l’évolution de la musique et des arts par rapport à la société.

 

Un clin d’œil cuivré et un autre plus « boutonneux » ont clos la discussion autour de Vivaldi et ouvert celle autour de Johann Sebastian Bach et les célèbres « Variations Goldberg ».

Une version clavecin de Pierre Hantaï et une version piano de Murray Perahia.

Le piano n’existant pas à l’époque de Bach, une version piano est-elle seulement une transcription ou bien une trahison ? Les innovations de la facture instrumentale font elles progresser la musique même ?

 

Au-delà de ces (éternelles) questions, la transposition sur un autre instrument est un outil d’enrichissement pour l’expressivité de la musique et l’on peut s’interroger sur le pouvoir de l’interprète….

 

Affaire à suivre donc….

 

Pierre

 

Les Quatre saisons / Vivaldi ; Michel Schwalbe, vl ; Orchestre Philharmonique de Berlin, Herbert von Karajan, dir. Deutsche Grammophon DG 101.

Les Quatre saisons / Vivaldi ; John Holloway, vl ; The Taverner Players, Andrew Parrott, dir. Denon C 37-7283-EX.

Aborigène / Michel Godard. Label Hopi HOP 200002.

Pop Quartet & Cie / Joss Baselli. Universal 981831-8

The Violin sonatas / Ludwig van Beethoven ; Itzhak Perlman, vl ; Vladimir Ashkenazy, p. Decca 421453-2.

Variations Goldberg / Johann Sebastian Bach ; Pierre Hantaï, clavecin. Opus 111 OPS 3084.

Variations Goldberg / Johann Sebastian Bach ; Murray Perahia, p. Sony Classical SK 89243.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s