A la poursuite du mythe australien

Publié le

outback-australia

Nicholas Hawthorne, journaliste américain entre deux emplois, à la vie terne et dépourvue d’envie, s’était promis l’aventure en s’envolant pour l’Australie. Equipé d’une carte routière et d’un combi Volkswagen, à lui les grands espaces, les étendues désertiques de l’outback ! Jusqu’à ce que son parechoc rencontre un « kangou », puis que son regard ait la mauvaise idée de se poser sur « Angie », jeune autostoppeuse plutôt délurée. L’aventure tourne court, et se referme sur lui le Piège nuptial. Ici, la nature sauvage n’est pas magnifiée mais ressemble plutôt à un cloaque, la vie en communauté n’est pas idyllique mais a tout du cauchemar. Ou comment devenir la victime d’un plan organisé de lutte contre la consanguinité…

« Comment faire bouger un kangourou quand on est accroché à son ventre et qu’on pendouille au-dessus d’une falaise ? » Kenneth Cook n’a rien d’un aventurier, mais il attire sur lui la guigne, et chaque rencontre d’un être vivant dans le bush australien met invariablement sa vie en danger… que ce soit les quelques hommes (tous éméchés), croisés dans des bars, se provoquant pour tuer le temps en paris aussi imbéciles que dangereux, ou les animaux typiques (au pourtant fort potentiel de sympathie), tels que wombat, kangourou, quokka, boomer ou koala. Chacune de ces rencontres est l’occasion d’un récit rocambolesque et désopilant emprunt d’autodérision. On ne sait pas qui de l’animal sauvage ou du bushman désœuvré et porté sur la boisson, ou de la maladresse-couardise de l’auteur-narrateur est finalement le plus à craindre !

Trois hommes vivaient en harmonie, en vieux garçons, dans une vaste exploitation d’élevage de moutons au cœur du bush australien : John le patron, Tom le manager et Sam le magasinier. Ce tranquille équilibre est rompu le jour où le cuisinier chinois décide de rentrer au pays… et qu’il est remplacé par Susie, belle jeune femme ambitieuse. Mais John est insensible à ses manœuvres de séduction, et il en épouse une autre. Susie, humiliée, amère, rongée par la jalousie et l’envie de détruire, n’aura de cesse de se venger par tous les moyens. « Susie devenait pour lui une écharde avec sa douleur lancinante, sourde, énervante. »

Piège nuptial paru aussi sous le titre Cul-de-sac de Douglas Kennedy (cote RP KEN)
La Vengeance du wombat de Kenneth Cook (cote R COO)
L’Echarde de Paul Wenz (cote R WEN)

sont trois de mes coups de cœur australiens de l’été, à découvrir à la Médiathèque…

Catherine

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s